Le paradoxe du lâcher-prise

Le lâcher-prise est un mot à la mode, mais il est souvent mal interprété, ou mal mis en oeuvre. Or cela peut être un outil très puissant.

Tout d’abord, je vous emmène dans la jungle avec cette petite histoire :

Savez-vous comment on capture les singes dans certains pays ?

On place une orange dans une citrouille. Le singe y glisse sa main. Il saisit le fruit,mais n’arrive plus à ressortir sa main. Refusant de lâcher son butin, il reste là, coincé. Et on le capture. Lâcher prise n’est pas renoncer à l’action, ou abdiquer à la première difficulté, ou attendre des signes du destin… Il s’agit plutôt de vivre un certain détachement face aux situations qui peuvent vous entourer. Ceci afin de mettre de côté des stratégies inefficaces, et de vous donner du temps pour en trouver d’autres, originales et créatives.

Tout d’abord : ACCEPTER

La première étape, incontournable, consiste à accepter ce qui se présente. Non pas en cautionnant l’évènement, mais en accueillant la réalité. Vous ne pourrez changer que ce que vous voyez : refuser la réalité entraine des résistances, des conflits intérieurs stériles, et empêche de trouver des solutions. Vous ne pouvez également agir que sur ce qui dépend de vous. A cette étape, il convient de faire la différence entre : • ce que vous pouvez contrôler, • ce que vous pouvez influencer, • ce que vous ne pouvez ni contrôler, ni influencer.

Soyez conscient de l’inutilité de la tentative de contrôle dans le troisième cas, et de la perte d’énergie (et de bien-être) que cela induit.

Pour vous aider à le faire, recentrez-vous sur vous-même, afin de calmer vos émotions, vos peurs, vos pensées. N’oubliez pas de respirer… Qu’avez-vous au juste à lâcher ? Quelle est votre orange? La stratégie essentielle est d’accepter de faire le deuil de quelque chose auquel vous tenez.

A quoi devez-vous renoncer pour un temps ? Ce qui empêche le petit singe de lâcher l’orange, c’est son incapacité à faire ce deuil. Il croit qu’ouvrir sa main lui fera perdre la nourriture. Or il ignore qu’il n’a pas besoin de faire le deuil de l’orange, mais juste d’une stratégie inefficace, qui menace sa liberté.

Quelques exemples de deuils à faire : • du résultat de vos actions, car il dépend aussi du contexte, du public visé… • de certaines croyances, ou règles établies • du fait que les autres se comportent comme vous pensez qu’il est bon • d’éléments de votre passé etc…

Tant que vous n’aurez pas « ouvert la main », vous resterez prisonnier de vos pensées. Vous y agripper ne fera que renforcer la difficulté : plus vous portez attention à une chose, plus vous la renforcez !

D’où l’importance de lâcher-prise afin de laisser à une solution la possibilité de se présenter.

Vous avez dit Contrôle ?

Le refus de la réalité s’accompagne de l’illusion de pouvoir tout contrôler : « je refuse que ce client ne signe pas ce contrat », « je refuse que ce qui est soit, et je prétends le remplacer par autre chose ». On tente de réécrire la réalité au nom de ce qui devrait être, ce qui aurait pu être, ce qui pourrait éventuellement être… Nos pensées voyagent entre un passé que l’on ne peut plus influencer, et un futur hypothétique. Or quoique vous fassiez, vous ne pouvez être ailleurs que là où sont posés vos deux pieds ! En renonçant à contrôler l’avenir, vous obtiendrez de meilleurs résultats ici et maintenant. Votre seul pouvoir s’exerce dans l’instant présent, lequel, bien sûr, prépare les instants futurs mais sans obtenir de garanties quant à l’avenir.

D’où vient ce besoin de contrôle ? Simplement de peurs liées à l’absence de contrôle. Peur d’être dominé, de se tromper, de manquer de quelque chose…. Lâcher prise est un acte de confiance. Confiance en soi, en nos buts, en ceux qui nous entourent.

Cela nécessite l’acceptation de nos limites, la reconnaissance des autres dans leurs différences et leurs richesses. Cela implique le fait de s’accorder (ainsi qu’à autrui) le fait d’être humain, donc de disposer du droit à l’erreur.

5 pistes concrètes pour lâcher prise

Le lâcher-prise demande énergie et vigilance de tous les instants. Il faut s’entrainer et expérimenter afin d’en obtenir toute la puissance.

1. Ne pas abandonner, mais se décontracter dans l’effort : garder toute son énergie pour agir, plutôt que de la gaspiller. Le lâcher-prise, dans l’immédiateté, est totalement compatible avec l’action dans la durée.

2. Aller chercher des solutions là où on ne va pas d’habitude : essayer autre chose, une autre stratégie.

3. Se connecter à un niveau supérieur de compréhension de la réalité : voir les choses sous un autre angle, en envisageant les bénéfices de la situation.

4. Jouer la fluidité : faire coïncider le plus profond détachement avec le plus authentique sentiment de responsabilité envers soi-même et les autres. Ceci afin de passer en douceur là où « ça coince ».

5. Le calme dans l’action : dans l’agitation ambiante, faites le calme en vous afin de percevoir l’imperceptible, et en saisir les opportunités.

Le lâcher-prise est paradoxal pour notre mental. C’est pourquoi il est bon de s’entrainer, afin que cela devienne un art de vivre.

Votre calme intérieur et votre vigilance vous permettront d’arriver à un état où tous vos sens et toutes vos ressources sont en action pour inter-agir avec ce qui vous entoure.

Vos commentaires sont les bienvenus! merci


À l'affiche
Posts récents
Me suivre sur
  • Facebook Long Shadow

© 2023 par Publique. Créé avec Wix.com

  • Facebook Clean Grey
  • Instagram Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • YouTube Clean Grey